Chez ADRESSE, un de nos talents, c'est de savoir voir la vie citadine du bon côté, sous tous ses rythmes, du plus intense au plus slow. À la fois fourmilière et petit village.

Olive, créatrice et cheffe de Sur Mer, restaurant de poissons et fruits de mer du 10e arrondissement de Paris, a accepté de se prêter au jeu de notre interview “Quartier libre”.

"Quartier libre”, c'est une série de portraits pour rendre hommage à des personnalités d'une valeur inestimable pour la vie d'un quartier. Des personnalités qui, par leur liberté et leur talent pour la proximité, ont nourri notre plaisir de retrouver les rues, après des mois privés de vie de quartier.

Comment est né Sur Mer ?

Sur mer, ça a commencé quand j’ai découvert ma passion pour les poissons et fruits de mer à “L'écailler du bistrot''. On m’a proposé le poste de Cheffe au “Verre volé sur mer”, c’est le premier poste où je pouvais vraiment m’exprimer. Après 2 ans, j’ai pris de la confiance et comme j’avais envie d’ouvrir mon restaurant de fruits de mer, j’ai racheté le fond de commerce. J’ai pu travailler les produits que je voulais, avec les fournisseurs que je voulais et refaire le restaurant à mon image. 

J’ai maintenant une petite équipe, un sommelier en salle, un second de cuisine et depuis récemment un commis de cuisine pour 18 couverts à l’intérieur et 10 à l’extérieur. 

Le nom m’est venu rapidement, j’ai cherché un petit peu mais ma décision a en fait été assez stratégique. À l’époque, le restaurant s’appelait le Verre volé sur mer, j’avais une clientèle fidèle et l’idée de reprendre ce lieu qui marchait déjà, avec une clientèle qui venait pour ma cuisine, n’était pas pour les perdre ensuite en changeant trop le nom. J’ai donc simplement enlevé le “Verre volé” et c’est resté Sur mer.  

 

Si je te dis "ville vivante" ça te fait penser à quoi ? 

Ça me fait penser à Paris ! Paris est très dynamique, j’y suis venue cuisiner il y a 10 ans, j’ai pu monter les échelons et j’ai pu trouver des opportunités très organiquement car c’est une ville qui permet de grandir. 

Moi de base, je suis Ougandaise, mais Paris c’est un peu ma ville adoptive. 

Olive avec notre veste télégraphe 

Qu'est-ce que tu as été le plus heureuse de retrouver après ces différentes fermetures ? 

C’était bizarre parce qu’on est resté ouvert, on a fait de la vente à emporter. Il fallait être très réactif, on s’est adapté, j’avais l’impression de vraiment changer de métier, de plus vraiment être cheffe mais d'être traiteur. J’ai vraiment été heureuse de recevoir des clients sur table à nouveau.

On peut maintenant reprendre confiance, c'était un moment bizarre de changer quasiment de métier, on perd un peu la confiance de ce qu’est notre métier vraiment. 

Quels sont tes résolutions / objectifs pour l’année 2022 ? 

La reprise a été bonne et j’aimerais bien ouvrir un deuxième restaurant. Je ne sais pas encore si ce sera un Sur mer bis. Je suis déjà en train de chercher un lieu et je suis en train de réfléchir à ce que sera la suite pour moi et pour Sur mer. 

J’adore ce quartier, j’habite dans ce quartier, mon fils va à l’école dans ce quartier, donc si je pouvais trouver un lieu dans le quartier pour mon second restaurant, ça serait parfait. 

J’aime ce quartier car il est très vivant et parce que j’ai un rapport avec les commerçants autour de moi, il y a de l’entraide entre nous ! 



Après ces mois un peu down, tu es plutôt dans quel mood ?

On était tous vraiment prêts. Après le deuxième confinement, on était tous prêts à changer, à s’adapter. La reprise était très volontaire, tout le monde était en forme. On était assez surpris de l'amplitude des clients. La différence a été assez choquante entre la vie avec le couvre feu et seulement le service en terrasse et tout d’un coup, un service plein pot, mais c'était très énergisant. 

La ville et toi, c'est un flirt, un amour, à la vie à la mort ?

C’est un amour ! Ce n’est pas à la vie à la mort car je ne suis pas attachée, je me sens toujours libre de partir mais j’adore la ville. À chaque fois que je pars, je suis toujours contente de revenir. Et culinairement, c’est vraiment le rêve !  



Olive avec notre veste télégraphe

Un objet que tu utilises en ville et dont tu ne te sépares jamais ? 

Mon vélo ! Je ne me déplace quasiment qu’en vélo, pour moi c’est juste le meilleur moyen de se déplacer. 

J’ai adopté ce moyen de transport en arrivant à Paris. C’est mon mari qui m’a offert mon vélo, c’est un vélo vintage dont je ne me sépare plus maintenant. 

 Tag un commerçant du quartier que tu aimerais voir passer sous notre objectif ! 

Le Verre volé car c’est eux qui m’ont permis de commencer ma première affaire. 

Merci Olive, à bientôt ! 

Retrouvez Olive et l'équipe Sur Mer, au 53 Rue de Lancry, 75010 Paris

L'Instagram de Sur Mer
Le site internet de Sur Mer

Crédit photo : Adam Morton 
adam@mortonphoto.fr