Cela fait maintenant quelques années que les vélos bourgeonnent sur nos trottoirs, entassés devant nos bureaux en plein centre de Paris. Et pour cause, ce sont aujourd’hui 4% des parisiens qui ont choisi ce mode de transport, et ce chiffre augmente considérablement ces derniers mois. Dans certaines grandes agglomérations comme Strasbourg, on compte même 16% des actifs qui vont au travail à vélo. Prise de conscience écologique, retour à la simplicité, envie de se faire du bien, quelle qu’en soit la raison, les vélotafeurs se multiplient dans les grandes villes, et ce n’est pas pour nous déplaire !

Nous nous penchons aujourd’hui sur cette tendance qui nous fait gagner du temps tous les jours (puisque d’après une étude de l’ADEME, un vélo roule à 20km/h contre 15km/h pour la voiture), libère des endorphines, nous rend plus productifs, nous muscle ni vu ni connu et nous rend heureux dès le matin…

Commençons par ce terme : « Vélotaf »

Ses inventeurs ont opté pour une association de mots somme toute assez basique, mais simple et efficace, comme le concept qu’elle désigne. Le terme réunit ainsi le « vélo » et le « Travail à Faire », le TAF donc, (instant « Le saviez-vous »).

On a vite fait de comprendre l’idée : aller au travail à vélo !

Je vois la flamme s’éveiller dans vos yeux, pour d’autres c’est la flemme peut être. Dans les deux cas, la rédaction d'ADRESSE est allée enquêter pour vous auprès de vélotafeurs aguerris qui vous livreront leurs astuces pour que vos transports ne soient que joie et élégance.

Optimiser son investissement 

Commençons par un second instant « Le saviez-vous » : les politiques ont commencé à mettre en place des subventions permettant de rembourser une partie de votre investissement si vous achetez un vélo électrique et de verser des indemnités kilométriques aux vélotafeurs quelques soient leurs montures à hauteur de 0,25€ par km parcourus et jusqu’à 400€ par an. C’est un joli geste pour la planète et pour notre portefeuille. Renseignez vous auprès de votre entreprise.

Devons-nous choisir entre bonne humeur et bonnes odeurs ?

La question qui vous titille le bout du nez : « quid de la transpi ? ». Rassurez-vous, nous ne sommes pas très fan de l’odeur de vestiaire de foot non plus. La bonne nouvelle c’est qu’entre hygiène et vélotaf, on n’a pas besoin de choisir.

Vous avez 2 écoles : ceux qui se changent au travail, ceux qui se rafraîchissent à l’arrivée.

Une chose est sûre, plus vous pratiquerez, moins vous transpirerez. Tout est une question de cardio et de connaissance de votre douce bécane. Au fur et à mesure du temps, vous apprendrez à jouer avec vos vitesses pour ne pas faire trop chauffer votre palpitant durant votre transport.

Victor qui fait 10km en moyenne par jour recommande…de « regarder la météo » plutôt que par la fenêtre. Ça vous semble logique sur le moment, mais sortir de chez soi sans avoir anticipé les variations de température et les intempéries c’est exactement le meilleur moyen d’arriver au travail trempé.

Vous apprendrez aussi à ne pas trop vous couvrir en vous fiant à la fraîcheur matinale et anticiper que 2 minutes après avoir pris la route votre température corporelle va chauffer. 

Les bonnes astuces : baisser la cadence les 10 dernières minutes pour calmer le cœur, commencer à récupérer et stopper le processus d’élimination et donc de transpiration. En baissant votre vitesse de 20 à 15km/h sur cette fin de parcours, vous perdez 2 minutes et 30 secondes mais vous éliminez 90% de votre transpiration à l’arrivée au bureau. Il ne vous restera ensuite plus qu’à prévoir des lingettes ou un gant pour une petite toilette de chat une fois arrivé.

La tenue du parfait petit vélotafeur

Victor, notre expert du vélotaf nous a dit :  “Ce n’est pas le temps qui est mauvais, c’est l’équipement qui n’est pas bon.”

Aussi c’est à nous de nous adapter au vélotaf avec une tenue adaptée. 

Les attributs clés sont :

  • Confort : le vêtement doit suivre le mouvement et contenir une élasticité naturelle ou de l’élasthanne
  • Solidité : les coutures doivent être résistantes pour ne pas avoir l’impression de craquer notre pantalon à chaque coup de pédale
  • Polyvalence : la tenue devra s’adapter aux différentes météos

Le haut idéal : il est en matière respirante qui protège tout en évitant la surchauffe pour vous apporter un peu de fraîcheur. 

Le pantalon idéal : souple, avec une taille basse pour éviter de se sentir scié en deux par une taille haute trop rigide et un entrejambe en losange pour vous assurer une bonne résistance durant votre trajet

Les chaussures : confortables et souples.

Le manteau : facile à déboutonner pendant l’effort pour parer aux coups de chaud, confortable et déperlant ou imperméable en cas de petite pluie, si rare dans nos belles régions. Alex a mis du temps à trouver la forme de son manteau idéal et le recommande « plutôt à mi-cuisse pour pouvoir m’asseoir dessus et garder mon dos bien couvert et pas trop long pour garder ma liberté de mouvement pour pédaler ». Dans tous les cas, évitez le manteau long et trop serré.

Cela signifie-t’il que je vais donc devoir m’habituer au look du Tour de France ?

Et la réponse est…non ! Surtout pas. Enfin sauf si cela est votre choix bien sûr. Si vous scrutez votre dressing avec attention, vous vous apercevrez que de nombreux vêtements répondent déjà à ces critères.

Si ce n’est pas le cas, alors faites vite un tour sur notre site pour y remplir votre nouvelle garde-robe de vélotafeur à la classe urbaine remarquable :

L’imperméable de vos rêves
Elégant, sobre et pourtant aussi technique qu’un manteau de sport, notre nouveau bébé, l’Elon vous surprendra par ses multiples fonctionnalités, ses 7 poches, sa matière thermorégulatrice et imperméable, sa capuche prévue pour accueillir un casque de vélo, une fermeture éclair à double sens ainsi qu’une fente d’aisance en bas du dos pour libérer tous vos mouvements. On pourrait vous en parler pendant des heures, les utilisateurs sont déjà conquis. Venez tester votre future pièce favorite! 

Le costume tout terrain
Bien qu’on aime se pavaner dans nos looks urbains soignés de chez ADRESSE, parfois un rendez-vous important nous amène à revoir notre tenue de la journée. Adresse a pensé à tout avec son costume intelligent. La veste Vivienne, résistante, vous offre des poches intérieures pour y ranger facilement vos affaires (comme vos lunettes indispensables) et une fente d’aisance dans le dos pour une grande amplitude de mouvement. Le pantalon à pince Balard assorti n’a rien à lui envier avec sa matière en laine de mérinos doté de la technologie coolmax® qui vous gardera au chaud mais pas trop. Une petite ceinture élastique à l’arrière du pantalon vous offre de l’aisance lors du pédalage et une fourche en losange répartissant les tensions quotidiennes vous permet d'être parfaitement à l’aise sur votre selle. Vous serez tirés à quatre épingles sans en sentir les pointes.

Chevaucher la météo
Seul, sur un pull ou à glisser sous une veste, le gilet sans manche Lombards complète votre tenue en vous apportant de la chaleur tout en libérant vos bras. Pour encore plus de confort, la fermeture éclair est à double curseur pour vous permettre de l’ouvrir par le haut mais aussi par le bas.

La classe en chino
Chez ADRESSE, être élégant, c’est une religion. C’est donc très naturellement que nous avons mis un point d’honneur à créer des chinos pour vous accompagner dans votre vie active. Qu’il soit dans une coupe juste comme il faut, ni trop droite ni trop slim pour suivre tous vos mouvements dans un confort absolu (vous deviendrez fan de notre Chino Thomas et ses 6 couleurs à assortir à votre humeur) ou encore plus souple avec sa matière technique bi-stretch qui vous fera oublier sa présence même (testez et approuvez notre tout dernier Chino Hancok), vous conserverez votre sublime de votre selle à votre bureau.

La classique chemise blanche, pas si classique
D’apparence très familière, notre Chemise Induo Bercy ne pourra que vous séduire. A assortir à notre costume tout terrain, à un des chinos présentés au-dessus, ou avec un jean, elle viendra parfaire votre look tout en vous offrant un confort et une technicité encore inégalée dans sa catégorie. Cette petite surdouée vous gardera au propre grâce à sa matière déperlante qui laisse ainsi glisser tous les risques de taches mais aussi au frais puisqu’elle est respirante et évacue la transpiration.

Accessoiriser malin
Par beau temps ou temps pluvieux, de bonnes lunettes vous protégeront des gouttes, du soleil et de toute sorte d’éclat, parce que passer son trajet avec un œil fermé rend notre ballade bien moins élégante. Nos petites Izipizi tiennent cette promesse, avec le raffinement et l’ingéniosité en plus. Que vous optiez pour la version pliable ou non, elles se glissent facilement dans une des nombreuses poches de votre tenue pour être dégainée au besoin, ou à l’envie.

Alors qu’on ne voit que la classe et l’élégance de vos tenues, sans en avoir l’air, vous avez un total look du parfait petit cycliste. Mais c’est votre secret !

 Les tâches ça fait tâche

Une fois la tenue parfaite choisie, l’idée consiste à rester présentable. C’est vrai que dans cette jungle urbaine, il est difficile de rester parfaitement propre lorsqu’il s’agit de circuler à vélo. Pour cela, le duo gagnant : garde-boue + serre pantalon. A eux 2, ils éliminent 90% des différentes salissures qui peuvent venir entacher votre look.

Nous vous recommandons un garde boue long qui englobe un maximum la roue pour vous protéger de toutes les projections.

Alex n'est pas très mécano et a opté pour le garde-boue Ass Savers x Steel qui vient se fixer sur les rails de selle sans aucun outil nécessaire. En plus, il ne se décentre pas lors de chocs.

Maxime lui traverse des parcs pour se rendre à son travail et a choisi une protection plus large avec un garde boue qui recouvre 80% de sa roue de la marque Zefal, afin de se garantir un trajet 0 tache.

En ce qui concerne les pinces pantalons, c’est un accessoire minuscule mais qui peut sauver votre pantalon préféré. Gardez le dans votre sac ou accrochez-le directement à votre selle pour l’avoir toujours sous la main. En ce qui concerne le modèle, le choix est large, mais nous avons choisi le Fahrer de la marque Beasty Bike qui sont de plus réfléchissants pour faire d'une pierre deux coups. 

Les autres accessoires indispensables

Nous avons vu comment nous adapter à notre vélo, et maintenant, quelques idées pour adapter votre vélo à vos besoins :

  • Emporter une gourde pour se désaltérer. Ce n'est pas parce que nous ne faisons pas le Tour de France qu'il faut oublier de s'hydrater. La solution simple et ne manquant pas de cachet : le bidon du Café du Cycliste.
  • Pour transporter nos affaires : nous avons la team panier devant, la team sacoche et la team sac à dos. Le choix est large et nous vous en parlerons très vite dans un article dédié à cette question.
  • Un bon anti vol en U avec un câble solide et de qualité. Il en existe même aujourd’hui des pliants qui viennent s’adapter au mobilier urbain. Ça serait trop bête que votre nouvel ami se faire voler.
  • Un kit de réparation avec bombe anti crevaison, chambres à air, rustine et outil multifonction pour réparer en quelques minutes votre fidèle monture
  • Des lunettes de soleil. Maxime, vélotafeur invétéré depuis 10 ans nous explique : « J’ai toujours une paire de lunettes de soleil avec moi. A la fois contre le soleil, mais aussi pour me protéger les yeux des poussières ou des petits insectes. A grande vitesse et pris dans le trafic, un débris dans l’œil peut occasionner des frayeurs ». Et en plus, c’est toujours un peu plus classe.
  • Une casquette à glisser sous son casque de vélo pour protéger ses yeux mais aussi son casque en cas de transpiration
  • Victor lui ne jure que par son tour de cou en mérinos « il ne me quitte pas entre septembre et mai chaque année. C’est LE truc indispensable pour moi »

La sécurité, la sécurité, la sécurité

Et on finit avec un thème important : la sécurité. On en parle jamais assez mais le site de la sécurité routière en parlera mieux que nous.

Si un problème venait à survenir avec votre deux roues, le service de réparation Cyclofix se déplace où que vous soyez, à domicile comme au bureau, pour repartir du bon pied.

Vous l’aurez compris, le Vélotaf c’est notre truc.

Alexander Macqueen nous glisse dans l’oreillette que  « La mode doit être une forme d’échappatoire et non une forme d’emprisonnement ». C’est bien notre crédo chez ADRESSE : ce n’est pas la tenue qui fait notre journée, c’est notre journée qui fait la tenue.

Aussi, après quelques ajustements et un bon équipement, nous n’envisagerions plus jamais de nous déplacer autrement (enfin, sauf quand la météo est vraiment pas cool, parce qu’on n’est pas non plus des vélotafeurs de l’extrême).

Et d’ailleurs, on s’est tellement approprié le concept qu’on en a fait des dérivés : le vélo-apéro, le vélo-match-de-foot, le vélo-resto sans oublier le vélo-dodo…

En selle !